L’open innovation : pour innover autrement

L’open innovation est un concept relativement récent, théorisé par H. W. CHESBROUGH en 2003. Il s’agit de faire appel à des ressources extérieures pour accélérer et intensifier l’innovation mais aussi de permettre l’exploitation des inventions internes par des entités externes, par exemple lorsqu’elles ne sont pas adaptées à son marché.

Le principe de l’innovation ouverte réside dans l’implication d’un très grand nombre de participants, experts, start-up, grand public… dans le processus d’innovation. Il y a encore peu d’exemples dans l’industrie BtotB, même si, en pratique, l’open innovation commence dès que l’on décloisonne les différents services d’une entreprise, ou encore lorsque l’on fait appel aux fournisseurs, aux clusters, centres techniques ou tout autre membre de l’écosystème de l’entreprise. Ces pratiques sont d’ores et déjà courantes pour un grand nombre d’entreprises, la nouveauté consistant donc à structurer la démarche avec une stratégie et des outils. Les prestataires dans ce domaine sont très nombreux, qui proposent des conseils, des services ou des outils pour mettre en relation ceux qui ont un problème à résoudre et ceux qui ont des solutions à apporter.

Les différents niveaux d’innovation ouverte

L’innovation ouverte en interne n’est pas une nouveauté (c’est le concept bien connu de « boite à idées » !). Mais quand les entreprises grossissent, de nouveaux outils peuvent s’avérer nécessaires pour organiser et faciliter la communication entre les différents bureaux d’études et les autres services, parfois très éloignés géographiquement. Les outils de PLM (Product life-cycle Management) sont une réponse, des moteurs de recherche peuvent être utiles pour puiser les informations dans les différents systèmes informatiques. Des grands groupes mettent en place des solutions sur mesure, SIEMENS utilise ainsi un moteur de recherche sémantique (solution française Sinequa) pour donner accès à ses équipes de R&D du monde entier aux autres programmes de recherche et identifier facilement les experts associés à ses travaux. Le moteur devrait prochainement être utilisé par des employés hors R&D et élargir son périmètre de recherche aux universités travaillant avec l’entreprise. D’autres outils peuvent aussi faciliter l’open innovation dans l’entreprise tels que les réseaux sociaux internes et des plates-formes d’innovation collaborative.

Enfin, le degré ultime d’innovation ouverte consiste à identifier la solution à un problème au-delà des frontières géographiques ou techniques. L’utilisation de certaines plates-formes dédiées peut permettre de trouver un apporteur de solution, qui peut être un expert du bout du monde, totalement inconnu jusque là. Cet expert peut être une start-up, un scientifique… ou un amateur, qui aura toutefois quelques notions scientifiques ou de conception et des outils. Des particuliers ont maintenant des imprimantes 3D à la maison et une version low cost du logiciel CAO Solidedge est disponible à 20 $/mois pour les concepteurs du réseau localmotors.

Bénéfices de l’innovation ouverte

Les avantages sont tout d’abord une augmentation de la capacité d’innovation et une réduction du time to market, ainsi qu’une réduction des risques en les mutualisant. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les coûts liés à l’innovation ne sont pas réduits : un investissement conséquent est à mettre en place pour gérer l’open innovation et, si l’on achète une innovation à une autre entreprise, cela peut couter cher. Par ailleurs, la gestion de la propriété intellectuelle reste un enjeu majeur mais qui préexistait dans le cas de co-développement avec des partenaires.

Deux exemples de développement de vélos illustrent ce concept :

Décathlon a fait appel à la plate-forme « localmotors » pour concevoir un nouveau produit B’Twin ; 10 000 $ ont été remis au meilleur projet.
Bordeaux a reçu 150 contributions du grand public grâce à sa plate-forme http://www.jeparticipe.bordeaux.fr pour concevoir le Vélo Pibal qui sera finalement fabriqué par Peugeot. Notons que la plate-forme de Bordeaux sert à divers consultations, par exemple sur des projets d’urbanisme.

Publicités

About PROFLUID

Association française des pompes et agitateurs, des compresseurs et de la robinetterie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :